Actualité

publié le 06/03/2012

Un regard sur les femmes à travers le monde

L'organisation de développement et de coopération économique (OCDE) apporte sa contribution à la journée de la femme qui aura lieu le 8 mars prochain. Elle a lancé ce mardi son "navigateur de parité" visant à comparer plusieurs indicateurs clés de nombreux pays du monde. Les écarts de salaires ou encore la part des femmes dans les conseils d'administration ont été étudiés par l'organisation.

Un regard sur les femmes à travers le monde Vantée pour sa politique économique, l'Allemagne n'est pas exempte de critiques. Selon les derniers chiffres de l'OCDE, c'est le pays qui affiche, parmi les pays européens, le plus large écart de salaires entre les hommes et les femmes. En moyenne, ces dernières gagnent 21% de moins que leurs collègues masculins. A l'inverse, la Hongrie affiche l'écart le plus faible : 6%. La Corée du Sud explose les compteurs avec des différences salariales de 39%. La France (13%) est, elle, légèrement en dessous de la moyenne de l'OCDE (16%).

Autre donnée étudiée par l'Organisation : le temps partiel. Principales touchées, les femmes sont plus de 60% à travailler à temps partiel aux Pays-Bas contre à peine 20% des hommes. La moyenne de l'OCDE s'élève à 25% pour les femmes et à seulement 8,4% pour les hommes. La France fait un peu mieux (respectivement 22,3% et 5,7%).  

Quid des postes de direction ?
Concernant, la présence de femmes à des postes de direction, l'Allemagne fait une nouvelle fois figure de mauvaise élève. En 2009, elles étaient seulement 3% à accéder à des postes de dirigeantes, contre 38% en Norvège. La moyenne de l'OCDE atteint 10% et la France est sur la troisième marche du podium avec 18% de femmes à des postes à hautes responsabilités. Face à ce constat, l'European Round Table (ERT), une organisation patronale européenne, souhaite faire évoluer les mentalités. Elle a créé une base de données mettant en valeur des profils féminins présentant les qualités professionnelles nécessaires à des postes de dirigeantes. Pour l'ERT, une plus grande diversité dans les entreprises, incluant plus de femmes, mène en effet "à une performance accrue des équipes et à de meilleurs résultats économiques". L'ERT s'est ainsi associé à trois cabinets de chasseurs de têtes pour créer un vivier de candidatures féminines.

Certaines entreprises ont déjà pris la mesure de cet enjeu. Une vingtaine de grandes sociétés ont en effet publié leurs objectifs de femmes à des postes de managers auprès de l'organisation patronale européenne pour les années à venir. D'ici à 2014, elles devraient être 40% au sein du conseil de surveillance d'Air Liquid et en 2015, les femmes managers atteindront 25% des effectifs de GDF Suez et de STMicroelecrtonics. L'égalité se met en marche, doucement...

En complément

consultez le site :
www.oecd.org

Boite à outils

Envoyer| Imprimer

Partagez sur :
Partagez sur FaceBook Partagez sur del.icio.us Partagez sur Twitter Partagez sur Scoopeo Partagez sur LinkedIn Partagez sur ViadeoPartagez sur Digg

Emploi