Actualité

publié le 16/05/2012

Où en est le leadership féminin en Asie ?

En Asie, la situation des femmes est très contrastée. Si elles profitent de l'accroissement des richesses, comme en Inde ou en Chine par exemple, les femmes sont toujours moins payées que les hommes et accèdent peu aux postes de direction. La faute aux poids des traditions. Mais certaines entreprises internationales montrent peu à peu la voie...

Où en est le leadership féminin en Asie ?

En Asie, la situation reste très contrastée entre les pays où il y a peu d'écarts et ceux où il y a de fortes inégalités. Des 22 pays d'Asie-Pacifique classés dans le Gender Gap Report 2011, les cinq premiers sont la Nouvelle-Zélande, les Philippines, l'Australie, Sri Lanka, et en Mongolie. Les plus mal classés sont le Pakistan, le Népal, l'Inde, la République de Corée et le Cambodge. Les premiers sont en tête du classement en ce qui concerne l'accès des femmes aux postes de management supérieur ou l'équité des niveaux de rémunération. L'accroissement des richesses de pays considéré comme " pauvres " comme la Chine ou l'Inde a considérablement réduit les écarts hommes/femmes. Des facteurs familiaux et dynastiques ont également catapulté certaines femmes en Asie à des plus hauts niveaux de leadership politique. Ainsi, l'Asie a vu plus de femmes chefs d'Etat que toute autre partie du monde.

Le poids des traditions
Le développement général d'un pays n'est pas forcément proportionnel au développement du leadership des femmes ou de l'égalité des sexes. Certains pays comme le Japon, la Corée du Sud, Singapour, Hong Kong ou la Chine ayant figurant en bonne place sur le plan du développement humain ne sont pas les mieux placés en termes de leadership féminin (femmes dirigeantes, femmes politique, égalité salariale...).
La culture, les normes sociales, les traditions sont profondément ancrées en Asie et s'érigent en obstacles à la montée en puissance des femmes. Le pourcentage de femmes abandonnant leur carrière est incroyablement élevé en Asie : 70,24 % au Japon, 52,88 % en Chine, 48,83 % à Hong Kong et 45,90%  à Singapour. Des mesures sont nécessaires afin d'aider les femmes à persévérer dans leur vie professionnelle sans pour autant abandonner leur rôle de mère (mentorat, congé paternité, garde d'enfants, soin aux personnes âgées...).

Les bonnes pratiques des entreprises
Le rapport "Women leaders in Asia" explore plusieurs pistes grâce aux "best practices" (bonnes pratiques) mises en place par certaines grandes entreprises, par des ONG ou par les Etats eux-mêmes. On découvre ainsi qu'Ernst & Young organise la Journée de la famille pour les familles des employés de sexe féminin. Chez Google à Bangalore, un taxi partagé a été mis en place pour les femmes partant après 20h, elles y sont systématiquement accompagnées par un membre de la sécurité et sont prioritaires par rapport aux passagers masculins quel que soit l'itinéraire... Goldman Sachs Inde soutient les femmes avec un congé maternité rallongé ou des modalités de travail flexibles pour une meilleur conciliation vie pro/vie perso (travail à domicile, sur une demi-journée). L'entreprise a même lancé un programme de mentorat entre mères expérimentées et nouvelles mères pour faciliter la réintégration de ces dernières au travail. Les exemples sont nombreux...

> Accédez à l'étude "Women leaders in Asia"

Boite à outils

Envoyer| Imprimer

Partagez sur :
Partagez sur FaceBook Partagez sur del.icio.us Partagez sur Twitter Partagez sur Scoopeo Partagez sur LinkedIn Partagez sur ViadeoPartagez sur Digg

Emploi